Ville ancienne de Sigiriya

classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

    L’un des sites  mythiques de l’histoire du Sri Lanka « à voir absolument ». À 370 m de Haut

    Des marches mènent au sommet du Rocher du Lion (Lion Rock) de Sigiriya à quelques 180 mètres de hauteur.  Les ruines de cette capitale sises au sommet d’un rocher de granit, construite au Vème siècle par le roi Kashyapa I (477 – 495) sont le témoignage d’une étonnante prouesse d’ingénierie et de construction.  Kashyapa, fils du roi Dathusena et d’une de ses maîtresses, s’est emparé du trône royal à la suite d’un coup d’État, avec le soutien du neveu du roi et du commandant des armées. 

A la suite de son acte odieux ayant entrainé le décès du roi Dathusena,  Kashyapa, craignant la réaction de son demi-frère Moggallana (aussi connu sous le nom de Mugalla) fils légitime et héritier du trône, construisit la forteresse pour se protéger et être en mesure de se défendre! Kashyapa ignorait alors que Moggallana, lui-même craignant pour sa vie s’était entre-temps refugié en Inde. D’après la légende, Mogallana serait revenu au Sri Lanka à la tête d’une armée levée en Inde ; le roi Kashyapa décéda lors de la bataille.

Après avoir gravi les marches jusqu’au “mur miroir” (Katapathpawura), l’ascension par un escalier en spirale conduit à des fresques représentant des jeunes filles portant des fleurs de lotus, les Demoiselles de Sigiriya. A mi-parcours, on accède à la statue  géante du lion qui monte la garde. Au cours de l’ascension finale vers la forteresse Citadelle, une vue sur la jungle, les jardins, les anciennes douves et les remparts récompensent l’effort fourni, et vous pourrez observer les vestiges du palais royal avec un incroyable système d’irrigation, sa piscine parfaitement conservée.

Difficulté: beaucoup de marches à grimper, mais en le faisant à son rythme, aucune difficulté particulière

Temps de visite: 2 à 3H

Temple d'Or de Dambulla

classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

    Site incontournable, il faut gravir de nombreuses marches inégales, mais le jeu en vaut la chandelle! Le temple d’Or de Dambulla est construit autour d’un large rocher de granit qui renferme un important complexe de grottes, le Raja Maha Vihara, datant du 1er siècle.
    Le site consiste en quelque quatre-vingts grottes, cinq sanctuaires, quatre monastères principaux. Il comporte 157 statues, 153 images du Bouddha, 3 images royales et 4 images de divinités. Les peintures murales, recouvrant 2 100 mètres carrés, représentent, entre autres la tentation de Bouddha par le démon Māra et son premier sermon.

On y trouve aussi des statues des divinités hindoues Vishnou et Saman.
L’origine de l’implantation à Dambulla est la fuite du râja Vattagamani Abhaya, détrôné de Anurâdhapura en 104 av. J.-C. par des Tamouls et qui trouve refuge à Dambulla. Restauré sur son trône, il crée le complexe de grottes. Le mouvement nationaliste cinghalais débuta ici en 1848.

Difficulté: 1/2 heure de montée avec des escaliers pas toujours réguliers

Temps de visite: 2 à 3H

Ville sainte d'Anuradhapura

classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

    La ville d’Anuradhapura est située à 220 kilomètres de Colombo dans la province du centre-nord du Sri Lanka.
    Elle a été capitale royale pendant treize siècles et l’une des villes monastiques les plus grandioses du monde.

    Les vestiges s’étendent sur une dizaine de kilomètres du Nord au Sud. Les temples et sanctuaires y sont disséminés dans un parc où des arbres impressionnants servent de refuge à des singes farceurs. Cette ville sacrée s’est établie autour d’une bouture de ” l’arbre de l’éveil “, le figuier de Bouddha, dont la bouture fut apportée au IIIe siècle av. J.-C. par Sanghamitta, fondatrice d’un ordre bouddhiste féminin.
   

    Une ville sainte du bouddhisme cinghalais, où l’on ressent la ferveur religieuse. Cette cité sacrée témoigne de la grandeur de la civilisation cinghalaise et de son enracinement dans la culture bouddhiste. Chaque monument, même s’il est en ruines, exige le plus profond respect. Vous y trouverez de nombreux Dagobas, Temples et Stupas et piscines. C’est agréable de s’y promener et vous y croiserez de nombreux animaux, en particulier de nombreux singes, macaques et paons.
    Vous trouverez un grand Dagoba blanc gardé par une centaine d’éléphants en pierre, appelé Ruwanwelisaya, la Pierre de Lune ou Pierre de seuil, la plus ancienne du Sri Lanka, un impressionnant stūpa: le Jetavana qui est le plus grand monument de brique au monde, les très beaux bains jumeaux de Kuttam Pokuna, le temple Ratna Prasada, et bien d’autres sites exceptionnels.
    La ville a servi de base pour les cingalais contre les Tigres tamouls pendant la guerre civile du Sri Lanka.

Difficulté : aucune, votre chauffeur vous amènera d’un site à l’autre

Temps de visite : ½ journée à 2 jours pour les passionnés

Cité historique de Polonnaruwa

classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

    Polonnaruwa est l’un des sites archéologiques les plus impressionnants du Triangle Culturel. Il s’étend sur environ 122 hectares et présente de nombreux monuments encore bien conservés. De manière générale, le style architectural y est marqué par l’influence hindoue. la majorité des monuments sont à vocation religieuse mais il reste également des vestiges de monuments temporels comme la chambre du conseil royal.

    Le site s’étend le long des rives du lac Topa Wewa. Les vestiges des palais, temples et monastères sont dispersés dans un vaste parc.

    Parmi ses nombreuses attractions, le Samudra (océan) de Parakrama est un point de repère. Construit par le roi Parakramabahu et d’une superficie d’environ 2500 hectares,  c’est le plus grand réservoir d’eau de pluie du pays.

 

    Le sanctuaire du Gal Vihara (sanctuaire du roc) est particulièrement intéressant car il abrite trois statues de Bouddha sculptées dans une paroi rocheuse, la première “Dhyana Mudhra” le représentant assis, méditant, le deuxième debout les bras repliés sur la poitrine, posture synonyme de son illumination, et enfin le troisième couché. Le grand Bouddha gisant, parvenu au nirvāna, passe pour être à la fois la plus parfaite et la plus mystérieuse des statues du passé de Sri Lanka.

    Elle a été mise au jour il y a cent ans dans le site archéologique. Long de 15 mètres. Vous découvrirez l’Audience Hall, avec sa frise d’éléphants; le Quadrangle bâtiment circulaire joliment sculpté et bien conservé. Il y a aussi le Gal Pota un livre de pierre et bien d’autres vestiges tous plus beaux/magiques les uns que les autres.

Difficulté: aucune, terrain assez plat, votre chauffeur vous emmènera ou vous pourrez louer un vélo sur place

Temps de visite: de 3 heures à une journée

Mihintale

    Non loin d’Anuradhapura, Mihintale est situé dans le Triangle culturel de la Province du Centre Nord du pays. Il est généralement admis que c’est là qu’a débuté le bouddhisme au Sri Lanka. Étant l’un des 16 endroits visités par Lord Buddha au Sri Lanka, Mihintale est considérée comme la première ville où le bouddhisme s’est installé au Sri Lanka.

    Il n’y avait pas de religion avant, seulement quelques croyances mystiques par rapport à la nature (encore pratiquées aujourd’hui par les Veddas).  Mihintale est considéré comme l’un des principaux  lieux de pèlerinage sacré au Sri Lanka. Des monuments anciens et de belles statues attestent de l’importance religieuse du site. L’accès au Temple par 1840 marches irrégulières taillées dans la roche et le granit font du site un endroit unique. Le réfectoire des moines qui pouvait accueillir jusqu’à 3000 moines et autres vestiges sont visibles sur la deuxième terrasse (le site en comprend 3).

     Il est intéressant de noter qu’une dalle de granit poli porterait des inscriptions donnant des informations sur le monastère; ces inscriptions auraient été laissées par le roi Mahinda (956-972).

Difficulté : assez facile, mais beaucoup de marches

Temps de visite :  1h30 à 2h

Ville sacrée de Kandy

classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

    Ce site sacré du bouddhisme, communément appelé « ville de Senkadagalapura », a été la dernière capitale des rois de Sinhala dont le mécénat a permis à la culture de Dinahala de s’épanouir pendant plus de 2 500 ans, jusqu’à l’occupation de Sri Lanka par les Britanniques en 1815.  (UNESCO)

    Elle est située sur un plateau à 500 mètres d’altitude, entourée de montagnes couvertes de forêt tropicale à la riche biodiversité et qui abritent des plantations de thé.  Kandy possède un agréable lac creusé en 1807, de nombreux temples bouddhistes, des maisons fortement marquées par l’empreinte de l’ancienne colonisation britannique.

    Son trésor, le Temple de la Dent du Bouddha ou Dalada Maligawa, situé dans l’enceinte de l’ancien palais royal, attire une multitude de pèlerins. Si à chaque pleine lune, les fidèles se retrouvent pour vénérer la relique, c’est durant dix jours au mois d’août que les festivités atteignent leur paroxysme. Les flambeaux et lumières de la procession illuminent la ville à la nuit tombée et la magnifient, défilé d’éléphants,  pour la fête de la Perahera. Vous ne manquerez pas de voir le Bouddha géant du temple Bahirawakanda qui veille sur vous.

    Une autre halte s’impose au jardin botanique royal de Peradeniya, réputé comme l’un des  plus beaux d’Asie, il fait partie des attractions incontournables de la ville. En outre, si vous êtes intéressés par les épices et les produits naturels du Sri Lanka, de nombreux jardins vous offriront un large aperçu de la culture d’épices exotiques telles que le poivre, la noix de muscade, les clous de girofle, la cannelle, la cardamome et autres. Si le cœur vous en dit, vous pourrez visiter le musée des Pierres Précieuses, les ateliers de Batik, de sculpture sur bois, vous détendre en jouant au golf ou encore vous divertir  avec un spectacle de danses traditionnelles, de marcheurs sur braises, mangeurs et cracheurs de feu le tout rythmé par la musique des tambours.

Difficulté : aucune, votre chauffeur vous emmènera, possibilité de louer une voiturette électrique dans le jardin botanique

Temps de visite : une journée

Vieille ville de Galle et ses fortifications

classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO

    (prononcer « Gôl » à l’anglaise ou « Gallé » à la sri lankaise), situé sur la côte sud, a été le port de l’île pendant plus de trois siècles. Le quartier du Fort est une presqu’île ceinturée par une muraille. Flanquée d’une partie moderne visitée surtout pour ses marchés et ses boutiques.

    Dès 1587, Galle est prise par les Portugais, qui la fortifient. Sur demande du roi de Ceylan, les Hollandais chassent les Portugais en 1640 et s’y installent pour 150 ans. À la suite des guerres napoléoniennes, ils seront à leur tour mis à la porte par les Anglais en 1796, sans un coup de fusil. On entre dans l’ancienne Galle par la « Main Gate », au Nord. Faire le tour des deux kilomètres de remparts est le meilleur moyen d’en saisir les dimensions.

 

La balade, ponctuée de haltes au gré des bastions, commence près de la tour de l’Horloge, passe devant une mosquée aménagée dans une ancienne église, puis devant un phare blanc, pour  terminer à la porte de la citadelle (« Old Gate ») ouvrant sur le port. Queen’s Street se trouve à un jet de pierre de là, pleine de vie à l’heure du marché aux poissons. Il faut ensuite se perdre dans le dédale de ruelles. Les anciennes maisons – on en compte 400 dont certaines de style hollandais – et les églises baroques dégagent un charme désuet.

On accède en quelques minutes de tuk-tuk à des plages parmi les plus belles de l’île, la populaire baie d’Unawatuna par exemple, baignée par des eaux turquoise, et plus loin la paisible Mirissa. Galle est un superbe exemple de ville fortifiée construite par les Européens dans le sud et le sud-est de l’Asie, illustrant bien les interactions entre les styles architecturaux européens et les traditions sud-asiatiques.

Difficulté : aucune

Temps de visite : ½ journée

Colombo

     La ville possède de nombreux canaux, ainsi qu’un lac de 65 hectares en son centre, le lac Beira. Colombo, la capitale du Sri Lanka, a été pendant longtemps un port situé sur les anciennes routes de commerce est-ouest et a été occupée successivement par les Portugais, les Néerlandais et les Britanniques.

    Cet héritage se reflète dans son architecture, alliant bâtiments coloniaux, tours et centres commerciaux. Parmi les lieux symboliques de Colombo, on cite généralement la promenade de Galle Face Green, le long de l’océan Indien, le Viharamahadevi Park et le musée national sri lankais.

 

     Il y a aussi Pettah , le vibrant multi-ethnique marché-Bazar à ciel ouvert du Sri Lanka, une extension du centre-ville de Colombo Fort. Près du marché se trouve l’ancienne Résidence des Gouverneurs Hollandais (1634-1701) devenue le Musée Hollandais. La Mosquée Jami Ul-Alfar, en briques rouges et blanches fut construite en 1909 pour servir entre autres de point de repère aux marins à l’approche du port de Colombo. Depuis 2018, il ya une nouvelle tour dans le ciel de Colombo Le Nelum Pokuna ou Tour de Lotus , dont la hauteur est de 350 mètres. Vous pourrez faire une visite classique de Colombo ou atypique des quartiers de Colombo en tuk tuk, emmenés par un Français amoureux de cette ville qui vous les fera découvrir autrement, et vous plongera au coeur de la vie locale en vous faisant déguster de nombreuses choses.

Difficulté: Aucune, la visite de la ville sera faite en Tuk Tuk ou voiture

Temps de visite: une journée

Negombo

    Negombo est un village de pêcheurs authentique qui a su garder son charme d’antan.

    Près du front de mer, les vestiges d’un fort néerlandais du XVIIe siècle servent aujourd’hui de prison. La lagune de Negombo, bordée de cabanes de pêcheurs, alimente le canal Hamilton, datant de l’époque hollandaise.

    Aujourd’hui Negombo vit essentiellement du tourisme et de la pêche. De nombreuses espèces de sa lagune comme les crabes, crevettes, homards ou autre poissons font le bonheur des habitants.

Deux choses principales nous viennent de Negombo : le catamaran et la cannelle. 

    Concernant les catamarans, par le passé, c’étaient essentiellement des tas de troncs attachés par des cordages. Son nom vient des mots tamouls « kattu » qui signifie « liens » et « maram », « arbres ». Les catamarans sont devenus les embarcations typiques du Sri Lanka.

    Negombo a aussi été un très gros producteur de cannelle. Elle était la variété la plus prisée du marché.

    Le marché est incontournable, appelé le « llelama », il est le 2e plus important de l’île. Vous y verrez toutes sortes de poissons et crustacés ou encore du thon et des raies, posés à même le sol. Tous les matins, il y a des ventes à la criée, c’est-à-dire des ventes faites directement à la voix par les pêcheurs. Pour vous détendre, l’idéal reste le farniente sur la plage. Negombo a de magnifiques plages de 8 km de long en plein milieu des forêts de cocotiers. Certaines d’entre elles sont considérées comme les plus belles de la côte Ouest. Elles sont idéales pour se ressourcer, mais les amoureux de plongée vont également être ravis. En effet, les fonds marins de Negombo cachent bien des trésors. Les plus aguerris d’entre vous, retrouveront l’épave d’un avion-cargo britannique qui date de la seconde guerre mondiale. Negombo est aussi appelé “la petite Rome” en raison de son nombre incroyable d’églises, en effet Negombo est la communauté chrétienne la plus importante de l’île.

Vous pourrez faire une ballade en bateau en partant du canal Hamilton jusqu’à la lagune d’où vous pourrez observer, pendant le magnifique coucher de soleil, les pêcheurs de crevettes remonter leurs filets.

La visite de Negombo pourra se faire en tuk tuk. Durant 4 heures, à bord de votre véhicule typique du Sri Lanka, vous serez plongés au coeur de la vie locale et  vous visiterez une église, un temple Bouddhiste, un temple Tamoul, le marché aux poissons, observer la lagune… à ne pas rater.

Plantations de thé

    Les plantations de thé de la région montagneuse se situant au Sud du centre de l’île sont un vestige de l’époque coloniale britannique. Aujourd’hui la culture du thé occupe environ 2.000 hectares, ce qui fait du Sri Lanka le second producteur de thé au monde.

    Vous pourrez  visiter certaines fabriques, notamment dans la région Nuwara Eliya, appelé Tea Country, la région du thé offre de magnifiques zones vallonnées et des collines verdoyantes dessinées au fil du temps par les cueilleuses qui parsèment les coteaux avec leurs saris chatoyants. Hatton : la région des collines autour de Hatton (au nord de Maskeliya) est un véritable paradis pour les aventuriers avec ses rocs spectaculaires et ses nombreuses cascades. 

  Les plaines de Hatton et leurs environ : situées sur un plateau herbeux à 2.130 mètres d’altitude, au sud de Nuwara Eliya, cette région est aussi un parc national protégé et offre une des plus belles vues du pays, nommée « Le Bout du Monde ». Des randonnées pédestres pour tous les niveaux sont possibles. Haputale : située à l’Est des plaines de Hatton, cette ville est l’une des plus réputées du pays avec ses collines où fourmillent de nombreuses plantations de thé. On y trouve notamment celle de Dambatenne (accessible en tuk tuk), créée par le célèbre Sir Thomas Lipton ! Vous pourrez visiter la fabrique de thé : Pedro Tea Factory , la compagnie s’inscrit dans une démarche de commerce équitable et durable.

Safaris

  Tôt le matin ou en fin d’après midi, armé de votre appareil photo, parcourez un parc national à bord d’une jeep à la recherche d’animaux: éléphants, léopards, crocodiles, ours brun, varan, mais aussi une multitude d’oiseaux de toutes les couleurs. Vous passerez près de 4h à bord de votre véhicule mais le temps vous paraîtra trop court.

Parcs Nationaux

Le Sri Lanka comprend 26 parcs nationaux dispersés dans l’île: Yala, Wilpattu, Udawalawe, Minneriya, Bundala, Wasgamuwa, Horton Plains, Kaudulla, Kumana, Gal Oya, Sinharaja Forest Reserve, Pigeon Island, Lunugamvehera, Maduru Oya, Lahugala Kitulana,  Angammedilla, Galway’s Land, Flood Plains, Hikkaduwa, Adam’s Bridge Marine, Delft, Madhu Road, Ussangoda, Chundikkulam, Somawathiya, Horagolla.

De nombreux trecks, visites, safaris sont possibles dans ces parcs magnifiques. Ci-dessous quelques indications sur plusieurs parcs.

La réserve forestière de Sinharâja est considérée comme la dernière zone viable de forêt humide primaire du pays et a été reconnue d’importance mondiale et classée réserve de la biosphère depuis 1978 puis inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1989.

Le parc national de Horton Plains est une aire protégée du Sri Lanka située dans la région des Hauts-Plateaux à proximité de Nuwara Eliya. La région est couverte par les prairies de montagne et les forêts de nuages. Le plateau a une altitude moyenne de 2 200 m. Les plaines de Horton ont été classées réserve de faune sauvage le 5 décembre 1969, puis élevées au rang de parc national le 18 mars 1988 en raison de la valeur de sa biodiversité. Avec l’aire protégée de Peak Wilderness (Peak Wilderness Sanctuary) et la forêt de conservation des Knuckles, le parc est inscrit en 2010 sur la liste du patrimoine mondial de ‘Unesco sous l’intitulé « Hauts plateaux du centre de Sri Lanka »

Les plaines de Horton sont les sources de trois grands fleuves du Sri Lanka, le Mahaweli, le Kelani et le Walawe. Des outils de pierre datant de la culture Balangoda ont été trouvés dans le parc. Les précipices de World’s End (littéralement « la fin du monde ») et Baker’s Falls sont des lieux très fréquentés par les visiteurs.

Le parc abrite une grande biodiversité et de nombreuses espèces qu’on y trouve sont endémiques non seulement au Sri Lanka, mais à cette région précise du pays (on rencontre parfois des cerfs sambars (les seuls cervidés dont les faons ne sont pas tachetés de blanc) ou des écureuils géants de Ceylan). C’est le cas notamment pour la flore, les mammifères, les reptiles, les amphibiens et les oiseaux, pour lesquels le parc constitue une Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (ZICO). Cette riche biodiversité est menacée, par les nuisances du tourisme mal canalisé mais également par le dépérissement forestier, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes, la déforestation et le braconnage. (Wikipedia)

Les treks se font d’octobre à mars pour tenter l’ascension d’un des plus hauts sommets du pays, le Kirigalpotta (2395 m), ou le Totapola (2359 m) ou pour visiter les sites majeurs du parc: Little World’s End, avec une vue splendide sur les plantations de thé, le célèbre World’s End, avec un dénivelé de 800 mètres où le plateau s’effondre brutalement, puis Baker’s Fall dont les cascades tombent 20 mètres plus bas. Ce paradis naturel, qui se situe sur des routes migratoires, offre aux ornithologues une multitude d’oiseaux à admirer.

Le Parc national de Yala, la plus ancienne réserve naturelle du Sri Lanka, est devenu un parc National en 1938 ; d’une superficie d’environ 97 000 hectares, situé dans les districts de Monaragala et Hambantota, dans le sud du Sri Lanka. La ville voisine de Tissamaharama est souvent le point de départ pour rejoindre  le Parc National de Yala et la ville sainte de Kataragama. Son climat semi-aride génère une végétation d’épineux, de zone de forêt dense d’où émergent des arbres à fleurs et des arbres tropicaux aux essences rares. Le parc est arrosé par des cours d’eau de différents débits prenant leur source dans les hautes terres de la province d’Uva et les collines du centre. Une multitude d’animaux s’y côtoient comme éléphants, buffles d’eau, cerfs tachetés, ours paresseux, sangliers, macaques, Civettes Palmistes de Ceylan, Loris grêle, mais surtout la plus forte densité au monde de léopards.

le parc national de Wilpattu fut l’un des deux premiers parcs nationaux créés au Sri Lanka en étant élevé à ce rang en 1938. Le parc est surtout connu pour sa richesse en animaux sauvages et joue un rôle important pour la conservation de l’Éléphant du Sri Lanka et des oiseaux d’eau.Le parc national de Wilpattu est situé à 25 km au Nord de Puttalam et à 30 km à l’ouest d’Anuradhapura. Il est l’une des plus anciennes et des plus importantes des aires protégées au Sri Lanka, il contient également un certain nombre de sites culturels importants.

Le parc d’Udawalawe Il tire son nom du grand réservoir d’Uda Walawe construit dans les années 1960 sur la rivière Walawe. Ce plan d’eau joue toujours un rôle central dans le parc, car les éléphants et d’autres animaux viennent s’y abreuver.

Le parc national de Minneriya est un parc national dans la province centrale du nord du Sri Lanka. La zone a été désignée comme parc national le 12 août 1997, après avoir été déclarée réserve faunique en 1938. La raison pour laquelle la zone est déclarée protégée est de préserver le bassin versant de Minneriya et la faune de la zone environnante. Le réservoir est d’importance historique, ayant été construit par le roi Mahasen au troisième siècle de notre ère. Le parc est un terrain d’alimentation de saison sèche pour la population d’éléphants vivant dans les forêts des districts de Matale, Polonnaruwa et Trincomalee.  Avec Kaudulla et Girithale, Minneriya forme l’une des 70 zones d’oiseaux importantes (IBA) du Sri Lanka. Le parc est situé à 182 kilomètres (113 miles) de Colombo. Superficie: 8890 ha  de forêt et de brousse et un immense réservoir de 2500 ha, ce point d’eau attire de juin à septembre de nombreux animaux qui viennent s’y abreuver.
On trouve des éléphants, singes, cervidés, crocodiles et centaines d’espèces d’oiseaux. On peut y observer les éléphants lorsqu’ils y vont pour boire, le plus souvent tôt le matin et en fin d’après-midi.

Nuwara Eliya

    Nuwara Eliya est une ville située dans les collines du centre du Sri Lanka, une région productrice de thé.

    C’est un lieu enchanteur au milieu des montagnes qui n’a rien à voir avec le reste du Sri Lanka. D’un seul coup, on se retrouve transporté dans les cottages anglais, les terrains de golf et les jolies demeures coloniales, et on perd immédiatement 10 degrés. On l’appelle « la Petite Angleterre ».

    Témoins de la présence anglaise : cabines téléphoniques rouges, cottages aux toits de même couleur, petits jardins aux haies bien taillées, demeures de style colonial dont l’élégant Grand Hotel ainsi que l’ancienne poste en brique rose et sa tour-horloge… Golf, champ de courses et canotage sur le lac artificiel Gregory rappellent les loisirs pratiqués à l’époque coloniale.

 

    Une magnifique route du thé traverse Nuwara Eliya, surnommée « la Cité de la lumière ». La plus connue et la plus fréquentée des stations de villégiature d’altitude du Sri Lanka (1890 mètres). Températures douces (15°C en moyenne), nuits fraîches, pluies fréquentes et manteau de brouillard en été.

    Aux alentours, certaines plantations de thé sont ouvertes à la visite. Nuwara Eliya est aussi le point de départ de superbes randonnées, entre balades dans la réserve de Horton Plains et ascension du pic d’Adam, qui est le lieu de pèlerinage religieux le plus populaire du Sri Lanka.

Adam's Pick

    Le pic d’Adam (singhalais Sri Pada ou Samanala) est un des sommets les plus importants de l’île du Sri Lanka. Conique et haut de 2 243 m, il est considéré comme un lieu saint par les hindous shivaïtes, les bouddhistes et les musulmans.

    Il est situé au sud-ouest de l’île, à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Ratnapura. La petite ville de Nuwara Eliya, dans le district voisin, sert souvent de base à son ascension.  Au sommet de la montagne, on trouve, creusée dans la roche, une cavité de presque deux mètres, censée être une empreinte de pas.

    Les hindous y voient la trace du passage de Vishnu, ou encore de Çiva. Pour les musulmans il s’agit de l’empreinte que fit le pied d’Adam, lorsqu’il sortit du Jardin d’Éden, dont l’île de Ceylan est très proche symboliquement, et tomba sur Terre, ce qui explique le nom donné à la montagne. Pour les bouddhistes il s’agit de l’empreinte de pied de Bouddha, et on trouve d’autres origines encore, qui attribuent l’empreinte à Shiva ou même à Saint Thomas.

    L’ascension du Pic d’Adam n’est possible qu’entre décembre et avril, car le reste de l’année la montagne est couverte de brume et la région est sujette à des vents très forts en altitude et des pluies tropicales diluviennes, rendant l’ascension trop dangereuse. Le nec plus ultra est de gravir cette montagne de nuit, afin d’arriver au sommet pour le lever du soleil. Et effectivement, ayant traversé les nuages plusieurs centaines de mètres d’altitude avant le sommet, vous y verrez le reflet du soleil levant, qui projette l’ombre du pic sur les plaines en aval. La montée prend plusieurs heures, même en partant de la base la moins éloignée, mais elle est aménagée sur tout le parcours, et vous passerez devant d’innombrables endroits où vous pourrez vous reposer, acheter de l’eau ou du thé ou même un pull-over au sommet.

Difficulté: Difficile, départ en général à 2h du matin pour arriver au lever du soleil, 5500 marches de tailles et formes différentes, de plus en plus hautes, de plus en plus rapprochées pour arriver à 2 243 mètres d’altitude.

Temps de visite: Il faut compter 4 à 5 heures d’ascension pour arriver au sommet, beaucoup plus si vous le faites en période de pleine lune d’avril, fin de la période de pèlerinage, qui attire énormément de monde. Et à peu près le même temps pour redescendre.

Plages

   Le Sri Lanka est doté de magnifiques plages, différentes suivant leur situation sur l’île.  Si vous partez en hiver, vous opterez pour la côte Sud ou la côte Ouest. Par contre si vous voyagez en été, c’est sur la côte Est qu’il faudra vous rendre.

   Dans le sud vous trouverez les plages de Tangalle et alentours:  paisibles criques tropicales et sable blanc. De plus c’ est un haut lieu de la diversité marine.

Sur la côte Est vous trouverez une eau turquoise  C’est à Trincomalee que vous trouverez des plages quasi-sauvages d’une rare beauté. Comme celle d’Uppuveli et de Nilaveli, avec son lagon de 4km, est un site de plongée sous marine et du snorkelling au milieu des requins et des tortues. Vous pourrez également découvrir Pigeon Island, une belle île entourée de récifs.

A 30km au nord, vous trouverez la plage de Kuchevali, qui est encore vierge de toute infrastructure touristique… Vous trouverez Passikudah, et à environ 500m trouverez une baie qui abrite 2 km de sable doré et désert, qui porte le nom de Kalkudah.

Plus bas Arungam Bay, le paradis des surfeurs.

Côte Ouest en remontant après Tangalle, vous découvrirez près de Matara ,la tranquillité,  sur la plage de Polhena, un véritable havre de paix où la végétation se fait luxuriante. Elle offre une eau calme et peu profonde, car la barrière de corail vient protéger la baie. Ensuite en poursuivant votre route sur la côte ouest , vous arriverez dans un endroit idyllique bercée par la brise marine, Mirissa. Puis Unawattuna, en forme de croissant de lune,un vrai décor de carte postale avec ses eaux translucides, ses petits bateaux amarrés tout à l’extrémité. C’est là que vous pourrez observer les baleines.  A 100 km de la capitale Colombo, vous trouverez Hikkaduwa, c’est un repère de surfeurs,et au large, il y a un remarquable récif de corail classé Sanctuaire Marin. Plus près de la capitale, 40 km environ, pour une pause relaxante il y a les plages de Negombo. Puis au nord ouest , vous découvrirez l’archipel de Kalpitiya.